top of page

Ne soyez pas dans le jugement et ne vous fiez pas aux apparences.

Doit-on se fier à notre première impression?

Sans hésitation, Jocelyn me répond :

« Non. Il ne faut pas se fier à notre première impression, il faut attendre et écouter. Généralement notre première impression est le début d’une grande impression. Il faut faire la différence entre « la première impression » et « ne vous fiez pas aux apparences ».


Quelle est cette différence?

" Généralement votre première impression va de pair avec l’état dans lequel vous êtes. Donc c’est votre réceptivité, votre sensibilité, votre appréhension, tout ce qui peut affecter votre état d’être au moment de cette impression.

Pour ce qui est des apparences qui sont souvent trompeuses, les apparences sont beaucoup reliées du fait que nous ne connaissons pas les personnes. Nous devons apprendre à connaitre les personnes. Se fier aux apparences, c’est avoir une vision au premier degré. "


Je me rappellerai toujours quand une de mes amies, Sandra, alla visiter son oncle et ses cousin et cousine. Elle était marraine du garçon. Nous pouvons voir sur Facebook des photos joyeuses de la petite famille, comme n’importe quelle famille. L’oncle est séparé de la mère des jeunes et ils vont aux 2 semaines le visiter.

Sandra me racontait en revenant de là-bas par un bon dimanche que la vie à leur maison ne ressemblait pas aux joyeux sourires qui s’affichaient sur le mur Fb.

Les armoires et le réfrigérateur étaient vides, le père était fatigué et chialait pour un tout et pour un rien. C’est là que j’ai pu constater encore une fois que c’est facile de faire croire ce que l’on veut sur des photos, avec ou sans intention là-dedans. Les photos, ce sont des images prises à un moment X qui n’ont souvent rien à voir avec la réalité vécue.

Nous voyons régulièrement toutes sortes de publications, des publicités, des offres, des commentaires, des thèmes et j’en passe. Si jamais vous lisez quelque chose et que le « cœur vous lève », fermez ça tout de suite et allez vivre votre vie parce que ce n’est pas là une chose qui est vraie. Si cela ne vous appelle pas, ce n’est pas pour vous. Prenez contact avec ça, en vous, qu’est-ce que ça me dit dans mon intérieur tout ça?


Si vous avez lu la pensée du jour du 6 novembre dernier je la remets ici pour vous :

Ce que vous voyez et vous pouvez voir n’est que forme et couleur, ce que vous entendez et vous pouvez entendre n’est que nom et son. Mais comment l’homme peut-il penser que la forme et la couleur, le nom et le son suffisent pour connaitre l’objet ? Ainsi : celui qui sait, ne parle pas; celui qui parle, ne sait pas.

Tiré de 365 pensées, Le chemin de la sagesse orientale


J’ai souvent cette approche avec les gens : ils sont super biens, ils sont bons, ils sont vrais, etc jusqu’à preuve du contraire. Je croyais que c’était comme un juriste dans un procès : non-coupable jusqu’à preuve du contraire sauf que ce n’est pas exact, pour eux c’est plutôt : Coupable jusqu’à preuve du contraire…

Jocelyn me dit que je n’ai pas de garde… Oh ! Donc je dois avoir une garde ?

Mais non ce n’est pas cela qu’il me dit, c’est que, bon dans mes mots, je ne dois pas tout prendre au pied de la lettre (pour du « cash » comme dit l’expression) de la nouvelle personne que je rencontre. Je dois apprendre à connaitre la personne, petit à petit, écouter ce qu’elle est, dans ce qu’elle dit mais aussi dans ce qu’elle ne dit pas.


Ce qu’elle vit concorde-t-il avec ce qu’elle me dit ?

Un exemple : Quand un nouvel ami de mes filles arrive dans la famille, je n’ai aucune garde, je pense que la personne est bonne, qu’elle a une expérience incroyable et des plus intéressantes. Je la mets sur un piédestal pour un tout et pour un rien, et je me fais prendre à tous les coups. J’ai toujours mis les gens sur un piédestal avant de tous nous mettre sur un même pied d’égalité, avec nos hauts et nos bas, avec nos forces et nos faiblesses, tous sur le même plancher.

Nous ne sommes pas inférieurs aux autres, non plus que nous ne sommes mieux que les autres. Nous sommes tous là à vivre nos expériences et à partager tout ça ensemble.

J’ai vu des films sur le sujet, rencontré des personnes qui aspirent à être bien vu, à être bien entouré, selon moi ils s’inventent un personnage haut en couleurs pour pouvoir valoir quelque chose qu’ils ne sont pas, qu’ils ne vibrent pas. À moins que ce ne soit une étape d’un quelconque processus qui m’échappe encore à ce jour.

Si tu es un thérapeute, tu dois pratiquer ta propre médecine avec toi-même, tu dois l’appliquer dans ta vie. Si tu as avancé, tu dois raconter ce que sont tes étapes à toi, avec ton cœur, comment tu as fait tes choix, comment tu as expérimenté tes situations. Et si cela ne te convient pas ou que tu vis dans un déni, et bien je comprends que tu ne veux pas côtoyer certaines personnes. La vision de ceux qui sont là va directement dans le sens des choses vraies que tu portes et que tu ne veux pas voir.


Je terminerai avec ceci : traiter les gens sans infériorité ni supériorité, selon leurs paroles ou leurs apparences, uniquement tel qu’ils se présentent devant vous. Ne les mettez pas sur un piédestal, ne les voyez pas meilleurs que les autres, ils sont ce qu’ils sont aujourd’hui et cela n’a rien à voir avec ce qu’ils seront demain. Ils ne sont qu’une vibration qu’ils portent eux aussi, comme nous tous. Écoutez à travers leurs mots ce qu’ils disent et ce qu’ils ne disent pas et en fait c’est cela qui correspond à ce qu’ils sont vraiment.


Nancy Perron

31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page